Les fonds d’arbitrage (hedge funds) et la stabilité financière: faut-il les réglementer?

Jean-Pierre Roth, président de la Direction générale

Seconde conférence loi et économie, Université de St-Gall, 29.06.2007

Les Highly leveraged institutions (HLI) ou fonds d’arbitrage (hedge funds) sont aujourd’hui un domaine très sensible. Ils sont perçus comme une industrie peu transparente et à haut risque, qui n’est pas soumise à un contrôle. En outre, ces fonds ont considérablement gagné en importance ces dernières années. Sur cet arrière-plan, l’exposé soulève la question de savoir si les fonds d’arbitrage constituent une menace pour la stabilité financière. Et dans l’affirmative, s’il est nécessaire de les réglementer.
En raison du rôle subalterne qui est le sien compte tenu de sa taille, mais aussi de son hétérogénéité et du fait qu’elle n’est pas impliquée dans l’intermédiation financière, l’industrie des fonds d’arbitrage ne représente pas une menace directe pour la stabilité financière. Elle peut toutefois constituer une menace indirecte pour cette dernière si des chocs affectant les fonds d’arbitrage se transmettent à des banques revêtant une importance systémique. Cette transmission est possible étant donné que les banques agissent en qualité de contreparties et de créancières dans cette industrie. D’éventuelles mesures d’ordre réglementaire devraient par conséquent se concentrer sur le lien existant entre les fonds d’arbitrage et le système bancaire.