Imprimer

Politique monétaire de la BNS et place financière suisse

Rencontres économiques de Genève, première édition, 03.11.2015

  • Texte intégral
    (275 KB)

Il existe un lien étroit entre les activités de la Banque nationale suisse (BNS) et celles du secteur financier suisse. D'une part, la BNS agit comme la banque des banques: elle fournit une monnaie stable, des liquidités et un système de paiement indispensables aux banques. En garantissant la stabilité des prix et en contribuant à la stabilité financière, la BNS concourt à la mise en place des conditions permettant l'essor du secteur financier. D'autre part, le secteur financier agit comme intermédiaire entre les décisions de politique monétaire et l'ensemble de l'économie. Il contribue à l'efficacité du système économique et à la prospérité de notre pays.

En règle générale, les objectifs à long terme de la BNS et ceux du secteur bancaire vont de pair. La stabilité monétaire et un système financier robuste sont dans leur intérêt commun. Toutefois, les avantages découlant du fait que la Suisse dispose de sa propre monnaie et conduise sa propre politique monétaire peuvent s'accompagner de coûts considérables en temps de crise. Les turbulences internationales ont fortement affecté notre pays depuis le début de la crise financière. L'ensemble de l'économie helvétique a dû faire face aux nouvelles conditions monétaires internationales et à la nette surévaluation du franc. Il est primordial pour l'économie suisse que le secteur financier s'adapte à l'environnement actuel et qu'il relève les défis auxquels il est confronté.

La BNS a axé sa politique monétaire sur cette situation nouvelle et difficile. Il s'agissait d'ajuster ses réactions afin de réduire les douloureux coûts à court terme tout en préservant la stabilité acquise au cours de quarante années de politique monétaire indépendante. Les deux piliers de la politique monétaire actuelle - le taux d'intérêt négatif et la disposition de la BNS à intervenir au besoin sur le marché des changes - contribuent à réduire la nette surévaluation du franc et à garantir la stabilité des prix à long terme.