Le franc suisse au coeur de l'Euroland

Jean-Pierre Roth, vice-président de la Direction générale

Centre for European Policy Studies, Bruxelles, le 20 avril 1999, 20.04.1999

Avec l'apparition de l'euro, l'environnement monétaire de la Suisse s'est profondément modifié. La nouvelle monnaie européenne va jouer un rôle croissant dans les échanges européens. D'ici trois ans, son usage pourra même se développer dans les régions frontières et les zones touristiques de Suisse.

La montée en puissance de la monnaie unique fera de la relation de change entre le franc et l'euro un paramètre important pour le développement de l'économie suisse, donc pour la politique de la Banque nationale suisse.

En dépit des incertitudes, le degré élevé de convergence économique entre la Suisse et l'Euroland devrait assurer une stabilité naturelle entre le franc et l'euro. L'expérience de ces trois derniers mois est fort encourageante à cet égard. Il serait toutefois prématuré d'imaginer que la Suisse puisse maintenant lier sa monnaie à l'euro. Une telle décision provoquerait une montée rapide des taux d'intérêt suisses - inférieurs de 1,5 point de pourcentage aux taux de l'euro - ce qui pèserait sur la conjoncture helvétique. On peut toutefois s'attendre à ce que ce différentiel de taux diminue dans les années à venir au fur et à mesure que les marchés seront convaincus par la stabilité de la nouvelle monnaie européenne.