Fonds monétaire international

  • Le FMI, gardien du système monétaire et financier au niveau mondial

    Le Fonds Monétaire International (FMI) encourage la stabilité du système monétaire et financier au niveau mondial ainsi que la stabilité macroéconomique et financière des Etats membres. Ses activités principales sont la surveillance des politiques économiques, l'aide à des pays confrontés à des difficultés de balance des paiements ainsi que l'aide technique.

  • Participation de la Banque nationale

    Le FMI est l'institution centrale de coopération monétaire internationale pour la Suisse. Cette dernière exerce son statut de membre par l'intermédiaire du DFF et de la Banque nationale. Le président de la Direction générale de la BNS représente la Suisse au Conseil des gouverneurs, qui est l'organe suprême de décision du FMI et compte un représentant par pays membre. Le chef du DFF est l'un des 24 membres du Comité monétaire et financier international (CMFI), l'organe de pilotage du FMI.

    La Suisse est membre du FMI depuis 1992. Elle constitue un groupe de vote avec l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, la Pologne, la République kirghize, la Serbie, le Tadjikistan et le Turkménistan. L'administrateur de ce groupe de vote occupe l'un des 24 sièges du Conseil d'administration, principal organe opérationnel du FMI. Depuis novembre 2014, la Suisse et la Pologne occupent alternativement, à raison de deux ans chacune, le siège d'administrateur du groupe de vote. Lorsque cette fonction est confiée à la Suisse, elle est attribuée tantôt à un représentant du DFF, tantôt à un représentant de la Banque nationale. Le DFF et la BNS arrêtent la politique de la Suisse au FMI et apportent leur soutien à l'administrateur de ce groupe de vote dans la conduite des affaires.

  • Rapports sur la politique économique de la Suisse

    Le FMI examine et évalue régulièrement - en règle générale une fois par an - l'évolution économique de tous les pays membres. La dernière analyse de la conjoncture en Suisse est disponible sous:

    Moins souvent, le FMI contrôle aussi la stabilité du système financier de chaque pays membre. La dernière évaluation du secteur financier suisse est disponible sous:

  • Prestations financières de la Suisse envers le FMI

    Les prestations financières ci-après, découlant de l'adhésion au FMI, sont fournies par la Banque nationale (état fin juin 2019).

    Montants maximums
    Montants utilisés
    Montants encore à disposition
    Quotes-parts
    5 771,1 mio. DTS
    (7 821,7 mio. CHF)
    468,4 mio. DTS
    (634,8 mio. CHF)
    5 302,7 mio. DTS
    (7 186,8 mio. CHF)
    NAE
    5 540,7 mio. DTS
    (7 509,4 mio. CHF)
    420,0 mio. DTS
    (569,2 mio. CHF)
    5 120,7 mio. DTS
    (6 940,2 mio. CHF)
    Ligne de crédit
    bilatérale
    6 271,6 mio. DTS
    (8 500,0 mio. CHF)
    0,0 mio. DTS
    (0,0 mio. CHF)
    6 271,6 mio. DTS
    (8 500,0 mio. CHF)
    FFRPC
    1 007,5 mio. DTS
    (1 365,5 mio. CHF)
    110,0 mio. DTS
    (149,1 mio. CHF)
    897,5 mio. DTS
    (1 216,4 mio. CHF)
    Accord d'échange
    volontaire
    1 644,0 mio. DTS
    (2 228,2 mio. CHF)
    -30,1 mio. DTS
    (-40,8 mio. CHF)
    1 674,1 mio. DTS
    (2 269,0 mio. CHF)

    Droit de tirage spécial

    Le Droit de tirage spécial (DTS) est l'unité de compte du FMI, dont la valeur est calculée sur la base des cours pondérés du dollar des Etats-Unis, de l'euro, du renminbi, du yen et de la livre sterling.

    Quotes-parts

    Les quotes-parts constituent la principale source de financement du FMI. Elles sont déterminées en fonction de divers indicateurs des économies nationales des pays membres du FMI. La quote-part de la Suisse s'élève à 5 771,1 millions de DTS, soit 1,21% du total des quotes-parts du FMI (477 milliards de DTS). Le montant de la quote-part suisse à laquelle le FMI a recouru représente une créance liquide que la BNS peut recouvrer sur demande.

    Nouveaux accords d'emprunt

    Les Nouveaux Accords d'Emprunt (NAE) constituent un filet de sécurité financier pour le FMI. En vertu de ces accords, il est possible, en cas de besoin, de mettre à la disposition du FMI, en plus de ses ressources ordinaires, un montant maximal de 182 milliards de DTS. Les pays participant aux NAE sont actuellement au nombre de 38. La ligne de crédit maximale de la Banque nationale au titre des NAE porte actuellement sur 5 540,5 millions de DTS. Le montant de la quote-part suisse qui a été versé et les ressources qui ont été utilisées au titre des NAE font partie des réserves monétaires.

    Ligne de crédit bilatérale

    La capacité financière du FMI est renforcée par des accords bilatéraux qui lui permettent d'emprunter des fonds lorsque les ressources découlant des quotes-parts et des NAE ont été en grande partie utilisées. Ces fonds sont disponibles pour le FMI jusqu'à fin  2019, avec une extension possible à fin 2020 sous réserve de l'approbation des créanciers. A ce jour, de nombreux Etats membres ou leurs banques centrales se sont engagés à mettre à disposition des fonds dans le cadre d'accords d'emprunt bilatéraux pour un total dépassant 300 milliards de DTS. Pour sa part, la BNS a octroyé au FMI une ligne de crédit bilatérale de 8 500 millions de francs.

    Fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance

    Le Fonds Fiduciaire pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance (FFRPC) octroie aux pays membres à faible revenu des crédits à des conditions préférentielles. Son financement est assuré par des contributions bilatérales et par les propres ressources du FMI. La Banque nationale assure, sous forme de crédits, la participation de la Suisse au capital du FFRPC. La Confédération garantit à la BNS le remboursement dans les délais de ces crédits, y compris les intérêts; elle subventionne en outre les intérêts sur ces crédits.

    Accord d'échange volontaire

    Le DTS n'est pas seulement une unité de compte, c'est aussi une monnaie de réserve créée par le FMI et un moyen de paiement international. Dans le cadre de l'accord d'échange volontaire avec le FMI, la BNS s'est engagée à acheter ou à vendre des DTS contre des devises (dollars des Etats-Unis, euros) à concurrence d'un plafond convenu de ±1 644 millions de DTS.