Imprimer

Une monnaie de qualité, pilier fondamental de notre société

Journée d’Uster, Uster, 23.11.2014

  • Texte intégral
    (144 KB)

Une monnaie de qualité se caractérise par son aptitude à remplir au quotidien, de façon fiable et sans dysfonctionnements majeurs, son rôle de moyen de paiement et d'instrument de réserve. Elle est largement acceptée et sa valeur est stable. Une monnaie de qualité contribue dans une grande mesure à la paix sociale et à la prospérité. Elle constitue par conséquent un pilier central de notre société. Il appartient à la politique monétaire de veiller au maintien de la qualité de la monnaie. Partant, la Banque nationale concentre son activité sur ce mandat.

L'histoire de la monnaie suisse depuis la Journée d'Uster de 1830 montre que l'ordre monétaire ne procède ni des lois de la nature ni de la providence divine, mais qu'il est une invention purement humaine dont l'utilité varie. Un processus d'apprentissage a parfois présidé à la mise en place des orientations fondamentales. Mais il arrive aussi qu'il faille prendre rapidement des mesures énergiques face à des bouleversements de l'environnement international. A cet égard, deux constantes ressortent incontestablement de l'histoire suisse: premièrement, il incombe aux autorités de s'employer à offrir une monnaie de qualité à la population; secondement, l'ordre monétaire et la Banque nationale jouissent de la confiance du plus grand nombre et d'une culture de la stabilité fermement établie dans notre pays.

Etant donné l'importance que revêt l'ordre monétaire, il est légitime et nécessaire de réévaluer celui-ci à intervalles réguliers tout en gardant à l'esprit qu'il plonge ses racines dans l'histoire. Ainsi, même des interventions bien intentionnées peuvent être lourdes de conséquences pour notre pays et l'ensemble de ses habitants. Le remplacement de la monnaie étatique par des monnaies privées, le retour à un étalon-or, l'introduction de la monnaie pleine et l'adoption d'une monnaie étrangère constituent des exemples de telles réformes radicales. Dans la perspective actuelle, ces quatre idées de réformes ne sont pas adaptées pour accroître la qualité de la monnaie.

Depuis plus de cent ans, la population reconnaît et soutient largement l'ordre monétaire et les institutions garantissant une monnaie de qualité. Cela a toujours permis de s'appuyer sur les valeurs fondamentales de l'ordre monétaire et de renoncer aux expérimentations à l'issue incertaine, sans toutefois se fermer aux adaptations indispensables. Car telle est l'une des forces de notre pays: être capable d'examiner les nouveautés sans préjugés pour les reprendre à notre compte après les avoir adaptées à notre situation si nous les avons jugées bonnes, puis de les associer, si possible organiquement, à ce qui a déjà fait ses preuves.