Imprimer

La stratégie de politique monétaire de la BNS a-t-elle fait ses preuves?

Vereinigung Berner Wirtschaftswissenschafter (VBW), Bern, 27.02.2007

  • Texte intégral en allemand: "Wie hat sich das geldpolitische Konzept der SNB bewährt?"
    PDF (126 KB)
L'instabilité croissante de la demande de monnaie centrale dans la seconde moitié des années nonante a incité la Banque nationale suisse (BNS) à modifier sa stratégie de politique monétaire et à passer, à fin 1999, de la gestion d'un agrégat monétaire à une stratégie fondée notamment sur une prévision d'inflation. La nouvelle stratégie devait assurer la continuité, établir des règles rendant la politique monétaire crédible et prévisible, mais aussi garantir une certaine marge de manœuvre à court terme pour absorber des chocs. En outre, les décisions de politique monétaire devaient reposer sur une assise plus large, et la communication devait être intensifiée pour accroître la transparence de la politique monétaire.
 
Grâce à sa nouvelle stratégie, la BNS a pu, ces sept dernières années, réagir résolument à de nombreux chocs, positifs ou négatifs, et mettre à profit sa marge de manœuvre sans compromettre la stabilité des prix à long terme. La nouvelle stratégie a donc fait ses preuves. Dans cette période, une stratégie basée exclusivement sur la masse monétaire se serait sans aucun doute révélée beaucoup moins performante que la nouvelle stratégie. Celle-ci ne peut cependant garantir à elle seule le succès de la politique monétaire dans le futur. La BNS continuera donc à conduire sa politique monétaire avec beaucoup d'attention et de circonspection.
 
En ce moment, la politique monétaire n'est pas encore neutre. Aussi la BNS envisage-t-elle de poursuivre la normalisation graduelle de sa politique, bien que les taux d'inflation soient très bas dans la phase actuelle. La BNS tient compte de l'évolution de l'inflation à moyen ou long terme. C'est pourquoi elle observe très attentivement les répercussions de la croissance économique toujours vigoureuse et de la valeur extérieure du franc qui marque une tendance à la baisse.