Introduction de tableaux web dans eSurvey et révision de l'enquête sur la balance des transactions courantes

La Banque nationale suisse (BNS) introduit un nouveau format de collecte de données statistiques sur son portail eSurvey de transmission des relevés en ligne. Le nouveau format se base sur des tableaux web permettant de représenter le contenu des enquêtes et de saisir, de vérifier et de transmettre les données. Il a pour but de satisfaire aux exigences croissantes en matière de collecte de données statistiques et de garantir la mise en oeuvre d'une solution durable et évolutive.

L'introduction du nouveau format se fera par étapes. Ainsi, l'enquête révisée sur la balance des transactions courantes sera la première à passer au nouveau format, à la date de référence du 31 mars 2023. D'autres enquêtes suivront. Elles seront adaptées au nouveau format dans le cadre de modifications substantielles du contenu permettant ou nécessitant le recours aux tableaux web.

Pour pouvoir employer les fonctionnalités des tableaux web, les établissements tenus de renseigner doivent se connecter à eSurvey en procédant à l'authentification à deux facteurs (mTAN) et en recourant à l'administration des utilisatrices et utilisateurs eSurvey. Les établissements qui ne se servent pas encore de l'authentification à deux facteurs et de l'administration des utilisatrices et utilisateurs eSurvey recevront les indications nécessaires en temps utile.

La collaboration des établissements tenus de renseigner est essentielle pour la qualité des statistiques de la BNS et, partant, pour les décisions économiques et les décisions de politique monétaire. Aussi tenons-nous à remercier vivement ces établissements de leur précieuse collaboration.

  • L'essentiel en bref

    • La BNS met en oeuvre les tableaux web pour la saisie et la transmission des données statistiques dans eSurvey.
    • Les tableaux web reflètent le contenu des enquêtes. Ils permettent de saisir des données manuellement et de téléverser des données établies hors ligne au format CSV ou XML, puis de les consulter et de les traiter avant d'en vérifier la cohérence.
    • Les commentaires relatifs au contenu des enquêtes et le contrôle de la cohérence sont intégrés dans les tableaux web.
    • Les établissements tenus de renseigner peuvent adapter les tableaux web. Pour ce faire, ils répondent à des questions prédéfinies, ce qui entraîne automatiquement la sélection, dans le contenu des enquêtes, des seules parties qui les concernent.
    • Il est possible d'effectuer en tout temps un enregistrement des tableaux sans les transmettre, et d'y revenir plus tard. Les tableaux peuvent être traités par plusieurs personnes. De plus, il est possible d'accéder aux relevés transmis à une date antérieure.
    • Pour les enquêtes basées sur des tableaux web, les établissements tenus de renseigner n'utilisent plus les formulaires Excel. Ils ont dorénavant deux possibilités: saisir les données directement dans les tableaux web ou les importer à partir de fichiers au format XML ou CSV. Ces derniers peuvent être édités dans Excel et adaptés préalablement dans les tableaux web, en fonction du contenu de l'enquête qui est déterminant pour eux. Le format XML reste disponible pour l'établissement automatisé des relevés.
    • L'enquête révisée sur la balance des transactions courantes (CAS) sera la première à passer au nouveau format, à la date de référence du 31 mars 2023. D'autres enquêtes suivront, dans le cadre de modifications substantielles du contenu permettant ou nécessitant le recours aux tableaux web.
    • Pour mettre en oeuvre les tableaux web, il faut recourir à l'administration des utilisatrices et utilisateurs eSurvey. Afin de garantir la sécurité, les utilisatrices et utilisateurs se connectent en procédant à une authentification à deux facteurs (mTAN).
    • Les tableaux web sont conçus de telle sorte que l'établissement des relevés peut être testé avant la première transmission.
    • De plus amples informations concernant les tableaux web, l'enquête révisée sur la balance des transactions courantes et l'administration des utilisatrices et utilisateurs eSurvey figurent ci-après. D'autres informations paraîtront sur la présente page dans le courant de l'année. Les changements sur cette page vous sont notifiés automatiquement si vous vous abonnez, dans News Alert, aux courriels de la catégorie Informations récentes sur les enquêtes.

  • Introduction de tableaux web dans eSurvey

    Motifs et buts

    Les exigences auxquelles les données statistiques doivent satisfaire en termes de granularité, de qualité et de disponibilité ne cessent de croître. Par conséquent, les exigences posées aux formats des enquêtes augmentent elles aussi. D'ailleurs, les formulaires Excel utilisés jusqu'ici atteignent leurs limites lorsque les enquêtes sont volumineuses. De plus, en ce qui concerne l'établissement des relevés, la BNS ne peut fournir, dans le cadre des technologies mises en oeuvre actuellement, qu'une aide limitée aux établissements tenus de renseigner. L'introduction de tableaux web a pour but de proposer une solution durable et évolutive afin de supprimer les limites actuelles et d'offrir aux établissements un meilleur soutien pour la mise à disposition des données.

    Éléments-clés du nouveau format

    Les tableaux web pour la collecte et la transmission de données sont mis en oeuvre sur la plate-forme eSurvey et se basent sur le modèle technique (Formats de livraison).

    En répondant à quelques questions prédéfinies, les établissements tenus de renseigner peuvent sélectionner les seuls éléments de l'enquête qui les concernent. L'objet de l'enquête apparaîtra ainsi d'une manière plus claire. De plus, les commentaires relatifs aux différents objets de l'enquête peuvent être affichés directement dans les tableaux web lors de la saisie des données. Ces deux éléments visent à améliorer la compréhension des exigences auxquelles les données doivent répondre et à apporter un soutien pour l'établissement des relevés.

    Pour saisir les données dans les tableaux web, il faut soit procéder de façon manuelle, soit reprendre des données à partir d'un fichier. Le format XML demeure disponible pour l'établissement automatisé des relevés. En outre, une nouvelle fonctionnalité permet de télécharger, à partir d'un fichier CSV, le contenu intégral de l'enquête ou certaines parties sélectionnées. Le fichier CSV peut être ouvert dans Excel et lié à des sources de données au format Excel. Les établissements tenus de renseigner peuvent ainsi établir les relevés localement, c'est-à-dire hors ligne. Ensuite, ils peuvent afficher les relevés dans les tableaux web, les modifier si nécessaire et les soumettre à une vérification de la cohérence, avant de les transmettre à la BNS. Les formulaires Excel ne sont plus utilisés pour les enquêtes basées sur des tableaux web.

    Le nouveau système associé à l'administration des utilisatrices et utilisateurs dans eSurvey permet l'enregistrement des relevés en plusieurs sessions avant transmission, et leur traitement par plusieurs personnes. De plus, il offre la possibilité d'accéder à des relevés transmis antérieurement.

    Les tableaux web sont conçus de telle sorte que l'établissement des relevés peut être testé avant la première transmission. Cette possibilité est destinée aux établissements tenus de renseigner qui souhaitent automatiser les processus relatifs aux relevés.

    Prochaines étapes

    En automne 2022, la BNS publiera dans eSurvey les tableaux web et les commentaires concernant l'enquête révisée sur la balance des transactions courantes. Par la même occasion, elle mettra à disposition dans eSurvey l'environnement pilote pour cette enquête. En avril 2023, la nouvelle solution sera mise en oeuvre dans l'environnement opérationnel en vue de sa première utilisation pour la date de référence du 31 mars 2023.

    D'autres enquêtes suivront, dans le cadre de modifications substantielles du contenu permettant ou nécessitant le recours aux tableaux web.

  • Révision de l'enquête sur la balance des transactions courantes

    La balance des transactions courantes représente une source de données importante pour les milieux économiques, politiques et académiques suisses. Elle constitue un élément-clé qui entre non seulement dans les décisions de politique économique et monétaire, mais aussi dans le calcul du produit intérieur brut (PIB).

    Les formulaires d'enquête sur la balance des transactions courantes (CAGQ, CABQ, CAIQ et CATQ) ont été établis en 2012 et n'ont guère été modifiés depuis. Or, il est important que la balance des transactions courantes donne une image complète de l'évolution de l'économie et qu'elle réponde aux exigences internationales en la matière. Afin que ces conditions soient remplies, il faut procéder à d'importantes adaptations de l'enquête et les mettre en oeuvre au premier trimestre 2023.

    Les adaptations les plus vastes et les plus importantes sont décrites ci-après. Des informations sur les remaniements techniques figurent ci-dessus, au chapitre Introduction de tableaux web dans eSurvey.

    Principales adaptations de l'enquête sur la balance des transactions courantes

    Fin des enquêtes spécifiques menées dans différentes branches

    • Les établissements tenus de renseigner ne devront établir à l'avenir qu'un seul relevé (CAS).
    • Le contenu des enquêtes menées actuellement auprès des banques, des compagnies d'assurances et des entreprises de transport (CABQ, CAIQ et CATQ) sera intégré dans la nouvelle enquête CAS.

    Échanges de marchandises (achat et vente de marchandises)

    • Dans le cadre de la nouvelle enquête, il faudra fournir des données sur l'ensemble des échanges de marchandises (charges et produits) avec des entités non résidentes, alors qu'actuellement, les données à fournir concernent uniquement les marchandises échangées hors de Suisse.
    • Sous sa nouvelle forme, l'enquête comprendra une répartition par groupes de marchandises pour l'ensemble des échanges (et non pas uniquement pour le commerce de transit) comme suit: 1. Produits agricoles et sylvicoles, 2. Produits énergétiques, 3. Textiles, habillement et chaussures, 4. Papier et produits des arts graphiques, 5. Produits chimiques, produits pharmaceutiques, matières plastique, cuirs et caoutchouc, 6. Pierres, terres et métaux (sauf or), 7. Or (groupe distinct), 8. Machines, appareils, électronique et véhicules, 9. Instruments de précision, horlogerie et bijouterie, 10. Autres.
    • Le commerce de transit (actuellement catégorie 11 dans le formulaire CAG08) constituera à l'avenir également un objet de l'enquête, mais les données correspondantes figureront dans un poste "dont" des échanges totaux de marchandises avec des entités non résidentes.
    • Les échanges de marchandises en lien avec la production à l'étranger et les services de production manufacturière à l'étranger (actuellement catégories 21 et 20 dans le formulaire CAG08) ne seront plus traités séparément.

    Services liés à la production manufacturière

    • Les établissements tenus de renseigner livreront des données globales sur les services liés à la production manufacturière. Ils ne devront plus faire de distinction entre production et services liés à la production manufacturière.
    • Les établissements tenus de renseigner devront saisir des données concernant le produit des services liés à la production manufacturière.
    • Pour ce qui est des données sur les charges, les établissements indiqueront des valeurs globales et non plus seulement des valeurs pour les services liés à la production manufacturière fournis exclusivement hors de Suisse.

    Droits de licence et de propriété intellectuelle

    • Les données sur les produits et charges en rapport avec les droits d'utilisation de la propriété intellectuelle (actuellement catégorie 7 dans le formulaire CAG04) seront ventilées à l'avenir par catégories de produit (par exemple Droits relatifs à des marques de fabrique et à des dessins industriels, Droits de propriété résultant de la R&D, Logiciels, Oeuvres audiovisuelles).
    • Le commerce de droits de propriété d'actifs incorporels (achat et vente) sera traité d'une manière plus spécifique. Actuellement réparti entre plusieurs postes, il fera l'objet de postes distincts (par exemple Droits relatifs à des marques de fabrique et à des dessins industriels).

    Services de transport

    • Dans la nouvelle enquête, la ventilation selon le mode de transport (air, rail, route, mer et voies navigables internes), appliquée aujourd'hui déjà au transport de personnes (actuellement catégorie 3.2 dans le formulaire CAGQ), sera également mise en oeuvre pour le transport de marchandises (actuellement catégorie 3.1 dans le formulaire CAG02).
    • Le contenu de l'enquête tel qu'il figure actuellement dans le formulaire CATQ sera supprimé. Les entreprises de transport devront fournir des données sur les services de transport pour les mêmes catégories que celles devant être renseignées par les autres entreprises.

    Répartition géographique

    • La répartition géographique sera rendue conforme aux normes internationales (Eurostat GEO 6; hors Suisse et Principauté de Liechtenstein).
    • La liste des pays considérés individuellement sera donc allongée et le regroupement de certains pays, abandonné. Par exemple, l'Algérie, la Libye et la Tunisie seront traitées séparément; le groupe de pays "Autres pays d'Afrique du Nord" sera supprimé.
    • La répartition géographique selon les normes internationales s'applique déjà aux enquêtes sur les relations financières avec l'étranger (INA, INP et INQ).

    Prochaines étapes

    En automne 2022, la Banque nationale donnera de plus amples informations sur les changements susmentionnés et publiera quelques adaptations mineures. Elle informera par écrit tous les établissements tenus de renseigner.

  • Administration des utilisatrices et utilisateurs dans eSurvey

    Afin de garantir la sécurité, le nouveau format d'enquête basé sur des tableaux web exigera de tous les établissements tenus de renseigner le recours à l'administration des utilisatrices et utilisateurs dans eSurvey et au processus d'authentification à deux facteurs (mTAN). Ainsi, les utilisatrices et utilisateurs eSurvey auront par exemple la possibilité de réinitialiser eux-mêmes les mots de passe oubliés. De plus, les administratrices et administrateurs, qui sont désignés par leurs établissements respectifs, pourront créer des comptes dans eSurvey et gérer les droits correspondants.

    Mise en oeuvre il y a plus de quatre ans dans le cadre des enquêtes de statistique bancaire, l'administration des utilisatrices et utilisateurs eSurvey a fait ses preuves. Les établissements tenus de renseigner qui n'utilisent pas encore la fonctionnalité de l'administration des utilisatrices et utilisateurs eSurvey recevront en temps voulu des indications détaillées en la matière.

    Des informations générales sur eSurvey figurent dans le document Principaux éléments d'eSurvey.