Imprimer

Processus de placement et de contrôle des risques

La loi sur la Banque nationale définit les compétences et précise la tâche de la BNS en matière de gestion des actifs.

Conseil de banque et Comité des risques

Il appartient au Conseil de banque de surveiller l’ensemble des processus de placement et de contrôle des risques. Cet organe évalue les principes sur lesquels reposent ces processus et contrôle leur application. Un Comité des risques, constitué de trois membres du Conseil de banque, l’assiste dans ces tâches. Il surveille en particulier la gestion des risques et évalue la gouvernance du processus de placement. Les rapports internes établis par l’unité d’organisation Gestion des risques sont adressés à la Direction générale et au Comité des risques.

Direction générale

La Direction générale définit les principes de la politique de placement. Ces principes portent sur la structure du bilan, les objectifs de placement, la définition de l’univers de placement, les exigences en matière de stratégie de placement et la tolérance aux risques correspondante, de même que la définition du processus de placement et de contrôle des risques. La Direction générale précise en particulier les exigences auxquelles les placements doivent satisfaire en matière de sécurité, de liquidité et de rendement, mais aussi les monnaies, les instruments de placement ainsi que les catégories de placement et de débiteurs entrant en ligne de compte. En outre, elle détermine la composition des réserves monétaires et des autres actifs; elle arrête également la stratégie dans le domaine des placements de devises. Cette stratégie porte sur la répartition des placements entre les différentes catégories de placements et entre les diverses monnaies, et définit la marge de manœuvre à disposition sur le plan opérationnel.

Niveau opérationnel

Au niveau opérationnel, un Comité de placement interne arrête l’allocation tactique. En tenant compte des limites imposées par la stratégie, il détermine des paramètres tels que les durées des placements ou les parts des monnaies et des catégories de placements en fonction de l’évolution des conditions du marché. Enfin, l’unité d’organisation Gestion des actifs assure la gestion des portefeuilles. La grande majorité des placements est gérée en interne. Ceux de la région Asie-Pacifique le sont depuis la succursale de Singapour. Les activités de la succursale, en particulier le négoce et la gestion de portefeuille, sont entièrement intégrées dans les processus de placement et de contrôle des risques en Suisse. La Banque nationale fait appel à des gestionnaires de fortune externes afin de permettre une comparaison avec la gestion de portefeuille interne et pour accéder efficacement à de nouvelles catégories de placements. Sur le plan opérationnel, elle répartit les compétences relevant de la politique monétaire et de la politique de placement de façon à éviter tout conflit d’intérêts.

Gestion des risques

Une large diversification des placements constitue l’élément central de la gestion des risques absolus. Les risques sont gérés et restreints à l’aide d’un système de portefeuilles de référence (benchmarks), de directives et de limites. Tous les risques financiers déterminants pour les placements sont saisis, analysés et surveillés en permanence. Les risques sont mesurés à l’aide de méthodes et de critères usuels dans ce domaine. De plus, des analyses de sensibilité et des tests de résistance (stress tests) sont effectués régulièrement.

Toutes les analyses des risques tiennent compte de l’horizon de placement de la Banque nationale, qui est généralement à long terme. Afin d’évaluer et de gérer les risques de crédit, on recourt aux notations des principales agences spécialisées, à des indicateurs de marché et à des analyses internes. Les limites de crédit sont fixées sur la base de ces informations et adaptées en cas de modifications dans l’évaluation des risques de contrepartie. La valeur de remplacement des produits dérivés est généralement couverte par des titres afin de restreindre le risque de contrepartie. Les risques de concentration et de réputation sont également pris en considération pour établir les limites relatives aux risques. Les données sur les risques tiennent compte de tous les placements. Le respect des directives et des limites est contrôlé quotidiennement. Les résultats de ces contrôles et les analyses des risques sont consignés dans les rapports trimestriels adressés à la Direction générale et au Comité des risques du Conseil de banque. L’UO Gestion des risques établit en outre un rapport annuel sur ses activités à l’intention du Conseil de banque.