Imprimer

La fin de l'endettement publique passe par une culture de la stabilité

NZZ Podium, Zurich, 28.02.2012

  • Texte intégral en allemand: "Kein Ende der Schuldenwirtschaft ohne Stabilitätskultur"
    PDF (143 KB)

La dernière crise financière et économique a fait exploser la dette publique. Cependant, depuis des décennies déjà, nombre de pays présentent une tendance chronique à accumuler des déficits et à s'endetter davantage. Une dette publique excessive a un effet négatif sur la croissance à long terme; elle prive en outre un pays de sa capacité d'agir en période de crise. Des finances publiques saines sont donc un facteur essentiel pour la compétitivité d'une économie, mais aussi pour la pérennité des assurances sociales et donc pour la cohésion de la collectivité nationale. De plus, un endettement trop important représente un risque grave pour la stabilité des prix et pour l'indépendance de la politique monétaire.

Mais comment consolider les finances publiques à long terme? Déléguer les compétences en matière de politique budgétaire à des comités d'experts indépendants n'est possible que de façon limitée. Contrairement aux décisions de politique monétaire, les choix fondamentaux dans le domaine de l'imposition ou dans celui des dépenses visent en effet une redistribution et relèvent donc de la politique. Des règles budgétaires telles que le plafonnement des déficits ou de l'endettement ne peuvent améliorer durablement la discipline en matière de dépenses que si elles bénéficient d'un large soutien politique découlant de la conviction que des finances saines représentent un avantage. La Suisse l'illustre bien: le fait d'inclure les principales forces politiques dans l'exercice de la responsabilité gouvernementale et d'appliquer les droits de la démocratie directe également aux questions financières a permis de développer une culture de la stabilité profondément ancrée. C'est grâce au soutien apporté par cette culture que le frein à l'endettement, dispositif inscrit dans la Constitution fédérale, peut déployer des effets stabilisateurs. Cet état de choses a contribué de façon décisive au maintien de finances fédérales saines malgré la crise financière et économique.

D'une manière générale, les efforts fournis pour mettre en place une politique budgétaire durable dans des pays souffrant de problèmes d'endettement ne produisent les effets escomptés que s'ils permettent d'instaurer une culture de la stabilité reposant sur une large assise.