Imprimer

Allocution d'ouverture à l'Assemblée générale des actionnaires

Assemblée générale des actionnaires de la Banque nationale suisse du 24 avril 1998, 24.04.1998

  • Texte intégral
    (13 KB)

Dans son allocution d'ouverture, M. Jakob Schönenberger, président du Conseil de banque, a abordé le thème des mutations structurelles dans le secteur bancaire suisse. M. Schönenberger a ainsi rappelé le démantèlement de pratiques cartellaires et l'affaiblissement de la conjoncture. Tous deux ont mis au jour, à la fin des années quatre-vingt, des structures malsaines au sein de l'économie et du secteur bancaire. La chute des prix de l'immobilier a eu des répercussions particulièrement fortes. Elle a notamment contraint les banques à opérer, entre 1991 et 1996, des amortissements pour le montant considérable de 42 milliards de francs sur leurs crédits à la clientèle suisse et a exigé de douloureuses corrections de la politique commerciale.

En outre, la fusion de l'Union de Banques Suisses et de la Société de Banque Suisse ne signifie pas la fin des mutations structurelles pour la place financière suisse. Le président du Conseil de banque a relevé également que le rythme élevé des changements au sein du secteur financier place non seulement les banques mais aussi leurs autorités de tutelle face à de grands défis. La crise financière en Asie a montré une fois encore que, lors de l'aménagement des conditions-cadres par l'Etat, une marge suffisamment grande doit être laissée aux forces du marché afin que celles-ci puissent inciter à plus de discipline. Seul un secteur financier où les forces du marché jouent leur rôle peut contribuer durablement à la prospérité.